Réussir votre projet

Que vous décidiez d’aménager votre jardin vous-même, ou bien d’en confier la réalisation à un professionnel, le plus important est de bien comprendre ce que vous attendez précisément de votre projet.

La construction d’un bassin implique des travaux importants, qui vous engagent pour longtemps. Dans certains cas, il sera difficile et coûteux de revenir en arrière. Si vous prévoyez de commencer les travaux au printemps, esquissez votre projet plusieurs mois à l’avance, dès l’automne.

Donnez-vous du temps pour définir l’ambiance et le style qui vous conviennent. Puis élaborez un plan avec le maximum de précision.

Un paradis aquatique
Avant d’entreprendre la conception de votre jardin, vous devrez définir le plus précisément possible quelles sont vos attentes. Vous mettrez ainsi toutes les chances de réussite de votre côté. Rêvez-vous d’un bassin d’ornement peuplé de superbes carpes japonaises, ou bien souhaitez-vous recréer un étang naturel où la végétation sert de refuge aux amphibiens et aux oiseaux aquatiques ?

Parmi toutes les facettes de l’univers aquatique, faites l’inventaire de celles qui vous séduisent le plus ou qui, au contraire, vous déplaisent. Si vous aimez à la fois l’eau calme des étangs sauvages et l’eau bruissante des ruisseaux et des cascades, composez donc un jardin où cohabitent ces divers aspects.

Choisir un style
Les exemples de ce livre peuvent servir de point de départ à votre réflexion personnelle, mais ils devront être adaptés aux particularités de votre jardin, car chacun est unique. La difficulté est de choisir parmi la multitude des possibles.

Vous devrez respecter une certaine unité de style et sacrifier bien des idées intéressantes. En définitive, une seule idée forte servira de fil conducteur à l’ensemble du projet. Ce qu’il faut éviter absolument, c’est de créer un jardin composite, où l’on trouverait un peu de tout, un pont japonais voisinant avec un barbecue et une gloriette. D’une façon générale, plus le style de votre jardin sera affirmé à travers chaque détail, plus l’ensemble paraîtra cohérent et réussi.

L’emplacement
Le choix de l’emplacement du bassin dépend de plusieurs facteurs.
L’ensoleillement joue un rôle déterminant dans le processus biologique du bassin, surtout si celui-ci est destiné à accueillir des plantes et des animaux.
La proximité de la maison, de la terrasse ou de l’entrée principale du jardin fait du point d’eau un centre d’intérêt pour tous. Située à l’écart, au fond du jardin, la pièce d’eau est davantage un lieu de repos et de contemplation.
Le point de vue le plus intéressant pour observer le bassin peut être la terrasse, une fenêtre de la maison ou tout autre endroit à votre convenance.
Le relief du terrain impose une certaine logique: un ruisseau part d’un point haut et suit son chemin jusqu’au bassin de réception situé à l’endroit le plus bas.
La proximité des arbres modifie l’ensoleillement et l’exposition aux vents. La chute des feuilles en automne peut cependant représenter un inconvénient, surtout pour les petits bassins.
La sécurité : en présence de jeunes enfants, le bassin doit rester visible de la maison, mais surtout on doit pouvoir en contrôler l’accès par une clôture appropriée. La sécuritrisation de votere bassin doit être pensée dès le commencement de votre projet.
L’alimentation en eau et en électricité, ainsi que l’évacuation de l’eau du trop-plein, peut parfois poser un problème d’ordre technique ou budgétaire.

L’exposition et les zones d’ombre
L’ensoleillement, et donc le réchauffement de l’ ea u, est indispensable à l’équilibre biologique du bassin: une température élevée accélère le métabolisme des poissons et des amphibiens, et une forte luminosité stimule la fonction chlorophyllienne des plantes immergées, ce qui augmente l’oxygénation de l’eau nécessaire à tous les êtres vivants. La durée d’ensoleillement ne doit pas être inférieure à 6 heures par jour, car les plantes à fleurs ont besoin de beaucoup de lumière. Durant l’été, il est préférable qu’aux heures les plus chaudes le rayonnement solaire soit atténué par une ombre légère, comme celle des bouleaux ou d’un albizzia. Évitez toutefois la proximité des conifères, dont le feuillage persistant crée une ombre den e en toutes saisons, et dont les aiguilles acidifient l’eau jusqu’à la rendre toxique pour les poissons.

Les dimensions
Essayez de tirer le meilleur parti de la place dont vous disposez, car plus un bassin est grand, plus son équilibre biologique est stable. Si vous souhaitez installer des plantes et des anima ux, renseignez-vous sur leurs besoins spécifiques en matière d’espace, de profondeur, etc. Certaines plantes comme les nénuphars ont besoin de beaucoup de place pour s’épanouir (environ 2 m2 par pied). Un petit bassin demande des soins constants, tandis qu’un bassin d’une capacité de 5 m3 ou plus exige, en comparaison, assez peu d’entretien.

La forme
Elle est déterminée par le style du jardin ou de la maison. Le plus souvent de construction géométrique, la forme d’un bassin d’ornement doit s’harmoniser avec le décor qui l’entoure.

Le dessin d’une pièce d’eau de style naturel semble, au contraire, défini par les courbes de niveau du terrain. Un étang naturel sera d’autant plus attirant pour la faune que ses berges seront plus longues et plus sinueuses, créant des endroits isolés, abrités des intempéries, et pouvant servir de refuge.

La profondeur
La profondeur influence également beaucoup le processus biologique du bassin. Une eau profonde de 80 à 100 cm crée une inertie thermique suffisante pour atténuer les effets néfastes des brusques changements de température.

Les poissons trouvent en été une eau plus fraîche et mieux oxygénée, tandis qu’en hiver ils sont protégés lorsque la surface de l’eau est prise par la glace.

Il est bon que la profondeur varie d’un endroit à l’autre du bassin pour créer un biotope propice à toutes les espèces.

Toutefois, la profondeur ne doit pas dépasser 150 cm au centre pour permettre un réchauffement suffisant de la masse d’eau au printemps.

La profondeur influence aussi l’esthétique du bassin, car elle conditionne la « couleur » de l’eau, le degré de visibilité du fond, la sonorité d’une cascade. Un bassin d’ornement, à vocation purement décorative, peut être constitué d’un simple voile d’eau de quelques centimètres cl’épaisseur.

Les parois du bassin
Les parois d’un bassin d’ornement situé à l’abri du gel peuvent être parfaitement verticales. En zones tempérées ou froides, elles seront légèrement évasées pour ne pas donner prise à la poussée de la glace en hiver. Les bassins destinés à recevoir des plantations doivent avoir des parois à plusieurs paliers (un niveau tous les 20 ou 30 cm), ce qui rend possible la culture des plantes à des profondeurs variables en fonction de leurs besoins.

Cette disposition est également bénéfique aux animaux, car ils peuvent alors se situer à la profondeur qui leur convient le mieux en fonction la température de l’eau. Les parois en escalier permettent aussi d’entrer dans le bassin et d’en sortir plus facilement. En outre, elles améliorent la sécurité en créant une zone peu profonde sur le pourtour du bassin.

HAUT