Rendre un jardin de banlieue extraordinaire

par / mercredi, 21 août 2013 / Publié dans Articles récents, Styles

Depuis la fin du XIXe siècle, l’intense développement des zones d’urbanisation tend à détruire la relation qui unissait autrefois les hommes à la nature. Nous éprouvons tous de plus en plus la nécessité d’une réflexion sur l’écologie et la préservation de notre environnement, ce qui explique sans doute l’intérêt croissant que suscitent les jardins de style naturaliste, où l’eau tient toujours une grande place.

La vie stressante des citées modernes, polluées et surpeuplées, a fini par engendrer un désir nouveau d’union avec cette nature originelle, tant combattue autrefois, mais de laquelle dépend toute notre existence. Le concept de jardin naturalliste, à l’avant-garde du mouvement de préservation de l’environnement, favorise l’apparition d’un nouveau style de jardin libre et informel, représentation d’une nature idéalisée. Ce style s’adapte à des proportions même modestes et s’organise le plus souvent autour d’une pièce d’eau naturelle. Ce cadre correspond à l’image que l’homme voudrait désormais projeter de lui-même, affirmant ainsi sa volonté de participer positivement à la création. Dans ce lieu de repos, à l’abri des dévastations du monde moderne, chacun peut entrer en contact avec une nature à l’échelle humaine, dont la beauté et les lois immuables sont une constante source d’inspiration et d’enrichissement.

a300_banlieue_1

Ici, l’assemblage de plusieurs bassins aux formes simples permet de créer un ensemble plein de fantaisie dans un très petit espace.

Les jardins libres et vaguement irréguliers des nouvelles cités de banlieue contrastent avec l’uniformité el la rigidité formelle des plans du passé. La disparition des murs de jardins et des haies, en décloisonnant l’espace privé exprime sans doute un désir de plus de convivialité entre les habitants d’un même quartier, et peut-être une volonté de fusion avec le paysage alentour. (Création Guy Lainé)

Le choix des végétaux et des matériaux, les textures et les couleurs, les reflets de la lumière et la sonorité de l’eau sont le vocabulaire de l’architecte paysagiste.

Le paysagiste contemporain met en scène une nature spontanée, sans démonstrations artificielles, à travers des jardins informels et empreints de rêverie.Poétiques et accessibles, les jardins de Guy Lainé (photo d’ouverture) sont une représentation de l’état idéal de la nature, lieu de repos et de sérénité plaisante. L’absence de proportions et de symétrie suggère que les formes irrégulières, sans aucune organisation ou disposition qu’on puisse aisément reconnaître, peuvent être encore plus belles et plus harmonieuses qu’une composition rigoureuse et artificielle.

HAUT